Steam s’ouvre à Linux (et c’est une excellente nouvelle)

Un des plus gros obstacles à la migration vers un système à base Linux vient de se fissurer (un peu). Ce n’est qu’un début mais c’est un pas de géant.

On entend souvent chez les libristes pessimistes qu’aucune entreprise informatique (matériel, software, jeux) ne s’intéresse à Linux et que l’avenir est bien sombre. Je fais partie de ceux qui ne sont pas d’accord.

On apprend ces jours-ci par la voix même de l’équipe Valve que Steam a commencé à travailler sur une compatibilité de sa plate-forme et de ses jeux avec Linux. Ce n’est pas tout à fait nouveau (cf. SteamOS) mais c’est un vrai cap de franchi.

D’abord, et n’en déplaise aux grincheux dépressifs, cela prouve peut-être que de plus en plus d’utilisateurs ont multiplié cette requête auprès des développeurs. Ensuite, cela montre que ce n’est pas le nombre d’installations Linux (version client) qui compte mais ce que leurs propriétaires en font qui peut influer sur les mentalités et les avancées techniques.

Un gus qui n’est jamais sorti de Windows, qui s’empêtre dans les ralentissements et les antivirus, et se contente de Facebook et Outlook influe-t-il vraiment sur les futurs développements logiciels ? Le monteur semi-pro qui n’utilise que des systèmes Linux et travaille sur Kdenlive ou Avidemux (ou encore Lightworks) ne conditionne-t-il pas un peu plus le futur informatique ? Moi je le crois.

Bien sûr, soyons honnêtes : il en faudra beaucoup plus pour faire bouger les choses en profondeur (en particulier dans le domaine des pilotes matériels) ; des requêtes en masse, des collectifs d’utilisateurs Linux, du lobbying, etc. Mais cette nouvelle en provenance du monde du jeu vidéo est enthousiasmante et nous ne devons pas faire la fine bouche !

Donc, cet outil made in Valve, développé depuis décembre et baptisé Steam Play, est disponible en version bêta. Il est basé sur Wine et propose déjà un certain nombre de fonctionnalités intéressantes:

  • Les jeux Windows qui ne sont pas disponibles sur Linux peuvent être installés et lancés directement depuis le client Steam Linux, et bénéficient de la prise en charge native de Steamworks et d’OpenVR.
  • Les implémentations DirectX 11 et 12 sont maintenant basées sur Vulkan, ce qui améliore la compatibilité du jeu et réduit l’impact sur les performances.
  • Amélioration de la prise en charge du mode plein écran : la fenêtre des jeux en plein écran peut être étirée en continu jusqu’à la taille désirée sans interférer avec la résolution native de l’écran et sans que l’utilisateur ait besoin d’un bureau virtuel.
  • Amélioration de la prise en charge des manettes de jeu : les jeux reconnaissent automatiquement les manettes gérées par Steam. Attendez-vous à ce que le jeu sous Linux accepte encore plus de manettes que dans sa version originale.
  • Amélioration significative des performances pour les jeux parallélisés (multithread), par rapport à celles de la version conventionnelle de Wine.

(source: Valve – traduction: cowcotland.com)

C’est un petit pas pour le gamer, mais c’est un grand pas pour les linuxiens !

Vous apprécierez peut-être

Laisser un commentaire