Schisme chez WordPress, naissance de ClassicPress

Il y a du rififi dans le monde des CMS : WordPress, le champion de la création de sites web, vient d’être forké par des développeurs mécontents de son évolution.

 

Il paraît peu utile de présenter WordPress mais faisons-le quand même brièvement. Dans la galaxie des outils de gestion de contenu (CMS = Content Management System), WordPress est tout simplement celui qui est le plus utilisé. Un petit tiers des sites web est motorisé avec lui, rien de moins.

29 % du web est motorisé par WordPress

Depuis 2003 et malgré les critiques, WordPress a tracé son chemin parvenant à ces statistiques hors norme. Oui mais voilà, la tranquillité n’est pas la philosophie de son fondateur Matt Mullenweg. Au printemps 2017, lors du WordCamp Europe (un rassemblement autour du projet), celui-ci a annoncé que l’actuel éditeur visuel (l’outil pour rédiger) serait remplacé par un éditeur d’un nouveau genre, baptisé Gutenberg.

Une feuille de route ambitieuse

Quelle mouche a donc bien pu piquer Matt Mullenveg ? Eh bien, comme il s’en est expliqué à plusieurs reprises, WordPress doit être capable de se révolutionner pour ne pas dépérir. Et pour appuyer son analyse, il a pris acte de la montée en puissance des website builders (Wix est le plus connu) ainsi que des page builders qui sont disponibles au catalogue des extensions WordPress.

La feuille de route de l’équipe WordPress est particulièrement ambitieuse… et risquée. En effet, il s’agit dans un premier temps de remplacer le traditionnel éditeur de texte par une version initiale de Gutenberg fonctionnant grâce à un système de blocs (bloc paragraphe, bloc titre, bloc image, etc.) qui peuvent être déplacés les uns par rapport aux autres. Dans un deuxième temps, Gutenberg doit devenir un vrai page builder autonome (pour créer des pages complexes à la volée) et enfin WordPress/Gutenberg deviendrait un système complet de type site builder. C’est un vrai tournant pour cet outil qui va être transformé en profondeur par ce choix stratégique.

Gutenberg en action, par Visualmodo

Si pour la plupart des professionnels ou développeurs WordPress Gutenberg est vu comme une opportunité extraordinaire, pour d’autres en revanche, cette annonce non négociable a provoqué un choc. C’est le cas de Scott Bowler qui a décidé de forker WordPress pour échapper, dit-il, à un surcroît de travail, une perte d’argent et un raz-de-marée de bugs à venir.

 

Ainsi est né ClassicPress, un CMS basé sur WordPress mais qui n’intégrera pas Gutenberg et même, qui se propose de nettoyer le projet de ses extensions jugées inutiles. Bref, l’équipe qui a enclenché ce projet souhaite alléger l’outil et lui rendre une certaine simplicité.

L’avenir dira si les rebelles de ClassicPress ont eu raison de s’affranchir d’un projet devenu (peut-être ?) un peu trop éloigné de l’utilisateur lambda sur WordPress. Mullenveg est convaincu, lui, que Gutenberg n’est pas une option, mais la condition sine qua non pour ne pas décliner.

Vous pouvez tester Gutenberg en live à cette adresse : https://wordpress.org/gutenberg/

Vous apprécierez peut-être
Laisser un commentaire